L'Écriture génocidaire : L'Antisémitisme en style et en discours, de l'affaire Dreyfus au 11 septembre 2001 (Sciences Humaines et Essais) par Michaël Prazan

L'Écriture génocidaire : L'Antisémitisme en style et en discours, de l'affaire Dreyfus au 11 septembre 2001 (Sciences Humaines et Essais)

Titre de livre: L'Écriture génocidaire : L'Antisémitisme en style et en discours, de l'affaire Dreyfus au 11 septembre 2001 (Sciences Humaines et Essais)

Éditeur: Calmann-Lévy

Auteur: Michaël Prazan


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Michaël Prazan avec L'Écriture génocidaire : L'Antisémitisme en style et en discours, de l'affaire Dreyfus au 11 septembre 2001 (Sciences Humaines et Essais)

Existe--t-il un style antisémite, qui, au-delà des thèmes traditionnels de la judéophobie, caractériserait l’écriture et le discours ?
En décortiquant les textes, que depuis la Belle Époque et l’affaire Dreyfus jusqu’aux attentats du 11 septembre 2001 en passant par l’avant-guerre et la collaboration, on découvre un fil conducteur, une « doxa » diffusée et popularisée par la littérature, la caricature, les discours idéologiques, et qui est caractérisée par des constantes stylistiques. À la charnière des XIXe et XXe siècles, Charles Maurras, Léon Daudet, mais aussi Emile Zola et Octave Mirbeau ont, volontairement ou non, doté l’antisémitisme de marqueurs et de dénoteurs stylistiques. Mais c’est bien sûr Céline qui, dans ses romans comme dans ses pamphlets, a réalisé la synthèse des antisémitismes de droite et de gauche en popularisant un style particulier, exclamatif, populiste, argotique qui se voulait aux antipodes du style proustien, « fleuri, alambiqué, oriental » : en un mot, juif.
   Les ravages du style célinien, qui passait le message génocidaire comme en contrebande, se sont fait sentir jusque bien après la guerre, bien que bridés par la loi et l’absence de talent, sous la plume de négationnistes comme Paul Rassinier et Roger Garaudy ou de « rouges-bruns » tels que Jean Edern-Hallier et Marc-Édouard Nabe. Et de constater qu'aujourd'hui encore, le discours antisioniste, qui a achevé la mondialisation, fait des Juifs, comme soixante ans auparavant et pour de tout autres raisons, dans un tout autre contexte, des cibles potentielles, où qu'ils se trouvent dans le monde.